La nouvelle menace des réseaux sociaux

a-leau-ou-au-resto

Il ne faut pas condamner aveuglément les réseaux sociaux qui peuvent être utiles en plus qu’agréables en cas de disparitions par exemple mais les réseaux sociaux peuvent aussi être le lieu de tant de dérives, de jeux idiots tels que la neknomination dont nous parlions ici même…. Et c’est à propos d’un autre de ces jeux que la police tire la sonnette d’alarme. Il s’agit cette fois-ci d’un autre défi que se lance les internautes : « à l’eau ou au resto ».

Les règles sont simples : le participant doit plonger dans une eau glaciale. La scène doit bien sûr être filmée puis diffusée sur Facebook pour prouver que le défi a été relevé. A son tour le joueur invite d’autres personnes à faire de même. Si celui qui relève le pari n’accomplit pas le gage, il doit offrir un dîner au restaurant à ses amis.

Et ce nouveau jeu prend de l’ampleur sur Facebook au point que les services de police s’inquiètent. « Même si cela part parfois d'un bon sentiment, il y a des risques de noyade, d'accident, de dérapages » s’inquiète Franck Dehay le porte-parole de la DGPN. Et de donner un bon conseil : « Pensez à votre avenir. Face aux défis montrez que vous êtes le plus intelligent. Ne vous laissez pas influencer ». De plus, « les accoutrements des participants sont souvent ridicules ou humiliants » précise-t-il.

Un jeune homme de 21 ans s’est gravement blessé en plongeant la tête dans une trop faible quantité d’eau, sur la plage de Wimereux, près de Calais. Ses amis étaient avec lui pour relever le défi. Ils ont alerté les pompiers de Boulogne. Touché au cervicales, le jeune ne sentait plus ses jambes quand il a été hospitalisé. Sa situation est grave et ses séquelles irréversibles. De quoi inquiéter la fondatrice de la page Facebook regroupant les adeptes de ce jeu, Sandrine Leroux. Elle a alors décidé de mettre au point des mesures de sécurité avant la réalisation des sauts : vérifier la profondeur de l'eau, éviter l'hydrocution...  Plusieurs groupes Facebook comptent des centaines de membres et l’on voit même des personnes de 70 ans plongés dans leur piscine !

Alors si les réseaux sociaux et Facebook en particulier peut sauver des vies, à quand un peu de responsabilités des utilisateurs ? La majorité refusera sans doute de se comporter en moutons et de suivre le troupeau, mais qu’en est-il des plus jeunes ou des plus fragiles ?


Back to top