Retrouvailles entre Coréens du sud et Coréens du nord

retouvailles-coreennes

En 1953 avec la fin de la guerre de Corée, des dizaines de milliers de Coréens, du Sud comme du Nord, furent séparés. Au moment de l'armistice de Panmunjeon et de la division du pays les Coréens se sont en effet retrouvés citoyens de Corée du Nord ou de Corée du Sud, peu importe leurs liens familiaux. Sans pouvoir se voir, et même se donner des nouvelles. Il a fallu attendre 1985 pour que quelques réunions soient organisées à la faveur d'un dégel des relations intercoréennes.

Et en ce mois de février quelques dizaines de Sud-Coréens se sont rendus en Corée du Nord afin de rencontrer des proches, perdus de vue depuis la fin de la guerre. Emouvantes retrouvailles.

Les participants ont été tirés au sort parmi des milliers de candidats. Depuis 1988, 125.000 personnes ont demandé à participer à une rencontre de ce type et 57.000 sont décédées. Le rendez-vous de ce mois-ci a été rendu possible après de longues négociations entre Séoul et Pyongyang.

La Corée du Nord a finalement accepté la rencontre, après avoir initialement exigé que la Corée du Sud annule les exercices militaires effectués avec les Etats-Unis fin janvier. Un signe de la volonté de Pyongyang d'adoucir les relations avec Séoul.

Les télévisions ont retransmis l'événement, montrant les Sud-Coréens sous la neige à leur arrivée dans la station où les attendaient 180 proches restés du côté nord-coréen depuis la guerre. Après avoir franchi la "zone démilitarisée", une bande de terre de 248 kilomètres sur 4 qui divise la péninsule coréenne, le convoi a parcouru une quarantaine de kilomètres supplémentaires jusqu'au mont Kumgang.

À l'intérieur d'une grande salle où des tables avaient été installées en vue d'un dîner commun, frères, sœurs, oncles, tantes et d'autres se sont parfois longuement cherchés sans se reconnaître, devenus étrangers, avant de tomber dans les bras les uns des autres.

Les participants ont emporté quantité de choses dans leurs bagages : cadeaux, médicaments, nouilles instantanées et des photos. D'innombrables clichés d'avant la partition de la péninsule, en noir et blanc, et des images de leur famille construite de part et d'autre de la frontière, faisant couler des torrents de larmes.

Ces mêmes participants ont reçu des instructions précises afin de réussir au mieux leur séjour dans un pays parmi les plus fermés au monde, mis au ban de la communauté internationale depuis des décennies. "On nous a dit de ne pas discuter politique et de ne pas se laisser abuser par la propagande nord-coréenne", a expliqué l'épouse de M. Kim, Shin Myung-Soon.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et il a fallu se requitter et cela s’est fait, encore une fois, dans les larmes et la quasi certitude de ne jamais se revoir………..


Back to top