Berlin pourra accueillir un lieu de culte commun aux trois grandes religions

berlin-eglises

Voici un projet un peu fou mais magnifique s’il va à son terme, la construction d’un lieu de culte commun pour les catholiques, musulmans et juifs au cœur de la ville de Berlin.

Certains l’appellent déjà « la Merveille de Berlin ». Ce projet est né de l’envie d’un rabbin, d’un imam et d’un pasteur qui désiraient un lieu où leurs fidèles, tous issus du même « livre » pourraient se rencontrer et échanger.

La "Maison de l’Un" comme l’ont baptisée les trois hommes, serait dédiée à la prière et à la contemplation, et ouverte à tous, les croyants comme les athées. Mais il s’agit surtout de créer un espace de rencontre entre les fidèles des trois confessions monothéistes, tout en réservant un lieu de prière propre à chaque religion. Une grande salle commune desservirait la mosquée, l’église et la synagogue, sous un même toit.

Mais pourquoi Berlin ?

Pour le rabbin Tovia Ben, l’un des trois hommes de Dieu à la base de ce rêve un peu fou, c’est de Berlin qu’est née l’idéologie nazie qui vit la mort de millions de juifs et la première maison pour les trois religions dans le monde devra être construite ici. Pour l’imam Kadir Sanci, cette « Maison de l’Un » est une manière de rappeler que « la grande majorité des musulmans sont pacifiques et non-violents ».

Et si le projet est beau il n’en est qu’à son commencement puisqu’à présent il faut trouver les fonds pour financer la construction de cette église-mosquée-synagogue. Une collecte de fonds a été lancée début juin, notamment sur Internet. Les initiateurs du projet espèrent récolter 43, 5 millions d’euros, la somme requise pour construire ce qui devrait être un simple bâtiment hexagonal en briques, d’après les plans de l’architecte Wilfried Kuehn, qui a rejoint le projet.

Ce lieu de culte commun sera construit sur les vestiges de la première église de Berlin, la "Petrikirche". L’édifice, qui datait du XIIIe siècle, a été très endommagé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Armée rouge a conquis la capitale allemande. Et les restes du bâtiment ont été totalement détruits après la guerre.

Le 3 juin, le pasteur, l’imam et le rabbin se sont réunis sur le site de leur futur lieu de culte idéal qui n’est qu’un terrain vague pour le moment, pour poser la première pierre symbolique du bâtiment. Les trois hommes ont annoncé que les travaux pourraient commencer en 2016, si un quart de la somme avait été rassemblé d’ici là.


Back to top