L’orthorexie ou l’obsession du manger sain

orthorexie

Nous connaissions l’anorexie, la boulimie ou d’autres formes de troubles de l’alimentation mais connaissez-vous l’orthorexie ? L’orthorexie – du grec "orthos"  droit  et "orexis " appétit/nourriture  – est un trouble du comportement alimentaire qui consiste en une obsession de l’alimentation saine. 

Bien sûr nous voulons tous nous nourrir sainement, améliorer la qualité de ce que nous mangeons, oui mais voilà, pour certains, cela tourne à l’obsession et il faut bien dire que cela devient également un phénomène de mode ! Cette obsession du manger sain devient un sujet des plus à la mode dans les dîners où il n’est plus rare que quelques personnes bannissent de leur alimentation le lait, les charcuteries, le gluten, les additifs, et bien d’autres choses encore.

Pour l’’orthorexique manger, c’est se soigner, et tout aliment est un alicament. Le goût, le plaisir apparaissent secondaires. Sa recherche de sain l’a conduit à écarter bon nombre d’aliments qu’autrefois il considérait comme savoureux, mais qu’il conçoit désormais comme des poisons. Son alimentation épurée a tendance à l’éloigner de sa famille, de ses amis, qui eux continuent de s’empoisonner. Ainsi la personne souffrant d’orthorexie passe plusieurs heures par jour à réfléchir à son alimentation. Il cherche par tous les moyens à écarter les additifs, les conservateurs, les colorants, s’en prend à l’industrie agroalimentaires qui en veut à sa santé. Puis vient le problème du gras, existe-t-il du bon gras, du mauvais gras, faut-il le bannir de son alimentation ? Il en est ainsi des sucres, du pain, des glucides en général mais aussi des pesticides, des engrais et l’orthorexique se tourne obligatoirement vers le bio mais en doutant des champs dans lesquels poussent ce qu’il achète etc…..

Sur ce sujet aussi l’extrémisme est de rigueur et l’on ne compte plus les « gourous » du manger sain, médecin, psychologues, nutritionnistes qui plongent le public dans une angoisse sans fin. Chacun dans sa spécialité -la haute cuisine, pour l'un, la santé, pour l'autre- le chef étoilé Alain Ducasse et le psychiatre Gérard Apfeldorfer, spécialiste des comportements alimentaires depuis trente ans, mettent en garde contre les effets pervers de cette folie des régimes sur la convivialité ou la prise de poids. 

Si de plus en plus de médecins qualifient l’orhorexie de trouble du comportement alimentaire, elle  n’est, à ce jour,  pas reconnue comme une maladie mentale en tant que telle, mais plutôt comme une manifestation d’hypocondrie, c’est-à-dire d’une trop grande attention portée à sa santé. Il n’y a pas d’étude, pas de chiffres sur l’orthorexie. Il est d’autant plus difficile de dénombrer les orthorexiques et de cerner ce phénomène car ce ne sont pas des gens qui consultent, indique les spécialistes. Ils sont peu demandeurs de traitement psychologique, car ils pensent qu’ils ont raison. Ils consultent quelquefois, quand ils constatent que le souci alimentaire devient trop pesant, les empêche de travailler et vivre. » Seule issue pourtant, une psychothérapie cognitivo-comportementale, c’est-à-dire centrée sur la modification des pensées négatives et des comportements posant problème et les remplacer par d’autres qui seront en adéquation avec la réalité.


Back to top