L’addiction au soleil, une réalité

addiction-au-soleil

L’exposition au soleil de façon modérée est bonne pour la santé car à petites doses il permet à la peau de produire de la vitamine D, vitamine indispensable à la vie. Il suffirait de quelques minutes par jour pour que le corps produise 80 % des besoins en vitamines D. On reconnait à cette « vitamine du soleil » des pouvoirs sur la prévention de la maladie d'Alzheimer, sur la santé du cœur, sur  le ralentissement du cancer de la prostate et sur la diminution du développement de sclérose en plaques par exemple.

Oui, mais voilà, généralement les êtres humains à l’approche de l’été ne se contentent pas de quelques minutes d’exposition et une étude  menée par l'Université d'Harvard indique que l’exposition au soleil amène des risques d'addiction comparables à l'héroïne.

Mais pourquoi le cerveau réagit-il comme un drogué face au soleil ?

Tout simplement parce qu’il déclenche une libération d’endorphine, cette hormone du bien être qui donne des effets comparables à une prise d’héroïne. C’est pourquoi même si l’on sait aujourd’hui les dangers du soleil, on y retourne malgré tout ! Comme nous l’avons dit,  le soleil peut-être dangereux pour la santé, il cause la mort de 2 000 personnes par an, chiffre qui a été multiplié par 7 depuis les années 60 et le succès des voyages au soleil.

Cette étude d’Harvard a été menée sur des souris à qui l’on a donné une dose quotidienne de lumière UV pendant six semaines. Dose qui était équivalente à 20 à 30 minutes au soleil de la Floride durant les heures les plus chaudes (midi). En une semaine, les niveaux d'endorphine des animaux ont augmenté et ils sont devenus moins sensibles à la douleur. Les souris ont ensuite reçu un médicament qui empêche les endorphines de travailler, et rapidement les symptômes de sevrage tels que des tremblements et des claquements de dents se sont développés. Les scientifiques à l’origine de cette étude ont donc conclu à des symptômes identiques à ceux ressentis par des héroïnomanes en manque……….

Certaines personnes sont donc susceptibles d’être accros au soleil comme l’on peut l’être à l’alcool ou au tabac. Des études antérieures ont montré que les personnes qui s’exposent régulièrement au soleil sont même capables de faire la différence entre de vrais rayons UV et des artificiels.

Ces mêmes chercheurs indiquent que : «Cette information peut servir comme un moyen précieux de sensibiliser les gens à réduire l'exposition excessive au soleil. »

Si l’on connait les bienfaits de la vitamine D, la « vitamine du soleil » sur la santé, il est important de rappeler que celle-ci peut être amenée par des compléments alimentaires qui ne comportent, eux, aucun risque cancérigène !





Back to top