Enfant et animal domestique, un rapport à privilégier

enfant-animal-de-compagnie

Que vous ayez déjà un animal domestique à la naissance de votre bébé ou que votre petit vous réclame à corps et à cris un chat ou un chien, il faut savoir, qu’à condition de prendre certaines précautions, la cohabitation enfant-animal est plus que bénéfique.

Pour un enfant en train d’accéder au langage, avec les difficultés que cela sous-entend, cette complicité peut avoir un effet dédramatisantet apaisant. Un bébé, coincé dans son transat, trouve fascinant les allers et venues d’un chien ou d’un chat. Les enseignants sont les premiers à l’affirmer,  les poissons rouges dans un bocal ont un effet apaisant  tandis que les oiseaux  offrent un spectacle joyeux. Les animaux chassent le stress et aident les enfants à fixer leur attention.

Bien sur, quand un petit entend ses parents donner des ordres au chien de la famille, il découvre qu’il n’set pas l’unique centre d’intérêt du foyer. Les enfants vivant avec un animal domestique sont davantage ouverts aux autres, le compagnon de jeux va améliorer la confiance en soi pour les timides.  Les enfants devront apprendre très tôt les règles à respecter : ne pas prendre l’animal pour un jouet, comprendre sa faim, sa soif, comprendre qu’il peut souffrir et qu’il a droit lui aussi à la tranquillité.

Dès que l’enfant grandit l’animal devient très vite un membre essentiel de la famille : il apprend rapidement à dire le mot chien ou chat, le bisou pour dire bonne nuit à l’animal devient un passage obligé avant le coucher, l’enfant observe, imite l’animal et apprend l’amitié, la complicité du chien qui joue avec lui.
De nombreux psychologues reconnaissent les bienfaits et même parfois la nécessité d’un animal remplaçant la présence d’un adulte lorsque les parents sont au travail, ou que l’enfant reste seul à la maison pour tout autre raison (comme ce serait le cas pour environ 2 millions d’enfants en France). Quelqu’un à qui raconter ses histoires, un compagnon pour ne pas avoir peur d’être seul à la maison, autant de rôle que l’animal domestique remplit à merveille…

Ramasser ou lancer un objet favorisent la coordination des mouvements du tout petit. Après 3 ans les interactions ‘enrichissent et le compagnon de jeux devient le confident et partage avec son petit maitres les joies comme les peines.

A partir de 4 ou 5 ans, il est temps de demander à l’enfant de participer ponctuellement à l’entretien de l’animal de la maison, comme le nourrir, le laver ou le promener (sous la responsabilité d’un adulte bien sur). Assumer ces tâches nourrit l’estime de soi.

Bien sur il y a quelques règles à respecter comme de ne jamais laissé un enfant seul avec l’animal de la maison avant ses 4 ans, lui apprendre aussi à ne pas embêter le chien ou le chat en lui tirant la queue, en faisant du cheval sur lui et surtout à ne pas s’approcher d’un animal inconnu qui n’aura pas les mêmes réactions que votre toutou adoré !! Si l’animal de la maison était là avant votre enfant, il faut penser à lui amener des vêtements portant son odeur pour qu’il s’habitue avant le retour à la maison de ce nouveau membre de la famille. Ensuite, habituez le chien à sortir avec vous quand vous vous promenez avec la poussette, pour qu’il apprenne à marcher à côté sagement, empêcher le aussi de sauter sur vous, car quand il sautera sur votre tout petit ce sera une autre affaire et pourra effrayer ou blesser l’enfant  !!

Pour en savoir plus :

L'animal et l'enfant, les émotions qui libèrent l'intelligence par Hubert Montagner, éditions Odile Jacob, 2001

L'enfant et la médiation animale par François Beiger, éditions Dunod, collection Enfances, 2008

www.scc.asso.fr/ : la société centrale canine 

www.afiracservices.com   l'Association française d'information et de recherches sur l'animal de compagnie


Back to top