Millau, la ville des gantiers

gant-millau

Millau est une petite ville d’Aveyron, en Midi-Pyrénées, où, dans les années 60, un tiers de la population travaillait dans la ganterie, savoir-faire qui donna sa renommée à la ville dans le monde entier.  Cette activité artisanale typique de l’Aveyron a connu un déclin brutal la décennie suivante mais depuis quelques années, la tendance semble à nouveau s’inverser notamment grâce à la création du pôle gantier mais surtout grâce au pari risqué des gantiers de Millau de miser sur le luxe.

C'est surtout durant le Moyen Age, au XII° siècle, que Millau devient un centre peaussier important grâce au travail de la peau et du cuir sur les rives du Tarn et de la Dourbie. Ses produits sont destinés à cette époque notamment aux soldats pour la fabrication de chaussures et de harnais, aux ecclésiastiques, hommes d'armes, archers, aristocrates et bourgeois pour les gants.

La production de roquefort permit d'alimenter en peaux d'agneau Millau qui regorge alors de tanneurs, mégissiers, pelletiers et gantiers. La fabrication de gants, épousant parfaitement les mains, va très vite acquérir une renommée mondiale. Jusqu'en 1960, Millau compte 80 ganteries (6 000 emplois) et produit 4,7 millions de paires de gants. Mais dès la fin des années 60, s’amorce un déclin avec la concurrence redoutable des pays d’Asie de l’Est et les grandes manufactures ferment tour à tour.

Aujourd’hui, en misant sur le luxe, certains gantiers retrouvent une renommée. Ainsi, qui ne connait pas les célèbres mitaines en cuir de Karl Lagerfeld ? Elles sont fabriquées à Millau ! Des stars telles que Madonna, Kelly Minogue ou Sharon Stone récemment, affichent elles aussi des mains gantées par la maison Causse, contribuant à ce que le gant redevienne un accessoire à la mode, dans sa version très haut de gamme. Avec 4 associés, Manuel Robin a racheté l’entreprise Causse en 2003 alors qu’elle périclitait et a relancé l’activité en visant le marché du prêt-à-porter de luxe, aidé par sa femme, Nadine Carel, directrice artistique qui a relooké le gant de cuir traditionnel. « Face à la concurrence des pays à bas coût, il n’y a pas d’autre choix. C’est par la création et la qualité des réalisations que nous pouvons conserver une production millavoise et les savoir-faire locaux » précise-t-il. Manuel Robin convainc alors des maisons de haute-couture de fournir se luxueuses penderies, comme Hermès, Louis Vuitton et surtout Chanel qui a l’an dernier racheté ce fabricant qui vend 20 000 paires par an. « Ce rachat garantit la pérennité du site sur Millau » précise le dirigeant de la ganterie qui a doublé sa production en une décennie.

D’autres artisans, Lavabre-Cadet, l’Atelier du gantier et Sole Moi, produisent également localement, de manière plus modeste mais en pérennisant des métiers d’autrefois qui ont fait la gloire passée de Millau ! Sans oublier la Maison Fabre qui a su donner un souffle nouveau à une marque de famille et ainsi sauver le métier et qui a réalisé, en outre, les gants de Nicole Kidman dans le film "Grace de Monaco". 


Back to top