Paris est en Chine !

chine

 

Paris, notre si belle ville lumière dans l’empire du milieu, il doit y avoir une erreur. Et pourtant non, vous ne rêvez pas, à Hangzhou dans le quartier de Tianducheng, à 9 000 km de Paris, une réplique presque exacte de la ville la plus romantique du monde a vu le jour et fait le bonheur des chinois.

C’est en 2007 qu’un projet immobilier de luxe voulant imiter un quartier haussmannien parisien a pris naissance. Les chinois, si friands de notre culture s’y marient, louent un appartement pour une lune de miel ou y habitent tout simplement.

Bien sûr ce n’est pas toute la ville de Paris qui est reproduire mais l’on peut y voir une Tour Eiffel, plus vraie que nature, plus petite toutefois faisant 1/3 de notre Dame de fer (108 mètres) mais la reproduction chinoise a planté ses grandes jambes dans un champ de maïs….. Des jardins inspirés de Versailles, des immeubles haussmannien avec, comme à Paris, des balcons aux 2ème et 5ème étages, un Arc de triomphe, une réplique de la fontaine du jardin du Luxembourg,  des avenues ont ainsi vu le jour.

Les producteurs immobiliers ont dépensé 1 milliard d’euros pour ce projet de luxe et comme la contrefaçon est une manière de fonctionner que connaissent bien les chinois ils ont alors envoyé des « experts » prendre des photos de Paris afin de copier le style français ! Et cela marche puisque les amoureux chinois viennent s’y marier ou y passer leur lune de miel. « Pas besoin de quitter la Chine, disent-ils, ici c’est aussi beau et romantique qu’à Paris et cela à 200 km au sud de Shanghai » !

Mais si quelques milliers de familles y vivent toute l’année le succès n’est pas aussi florissant que les promoteurs l’escomptaient eux qui prévoyaient une moyenne de 10.000 habitants dans ce Paris chinois.
Et pourtant le prix au m² défie toute concurrence comme par exemple un appartement de 300m² avec soit la vue sur les vignes (comme à Montmartre), soit sur les bassins de Versailles pour 500 euros par mois.

Après 6 ans de travaux les promoteurs expliquent le désintérêt des éventuels habitants par le fait que la ville n’est pas vraiment terminée et indiquent que tous les logements seront achetés d’ici 2015.  La Chine n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai en matière de copie urbaine puisqu’il existe la copie conforme d’un village autrichien classé au patrimoine mondial de l’Unesco, Hallstatt ou  encore la ville de Thames Town, à l’est de Shanghai, qui est une réplique de quartier anglais, cottages, pubs et cabines téléphoniques rouges inclus qui eux non plus ne rencontrent pas le succès escompté. Ce sont des villes que les journalistes chinois appellent « villes fantômes » et qui n’attirent que des vacanciers au lieu d’attirer la population chinoise désireuse d’acquérir un bien immobilier car les taxes foncières sont exorbitantes.


Back to top